retour à la homepage
logo CHUV
Qui sommes-nous ? Prestations de formation Prestations de laboratoire Recherche & développement  Liens  News & actualités   
français  |  english home < Recherche & développement < Projets finalisés < Stéroïdes anabolisants et récupération Plan d'accèsPlan du siteImprimer
Recherche & développement
Fondation StopDoping
Projets actuels
Projets finalisés
Passeport biologique de l'athlète
Détection de transfusion sanguine homologue
Contamination de compléments alimentaires
Stéroïdes anabolisants et récupération
Glucocorticoïdes de synthèse
Origine du GHB par GC/C/IRMS
Effets de l'exercice sur le pattern isoélectrique de l'erythropoïétine
Analyses des stéroids conjugés par LC-MS
Projet CERA
Métabolisme de la testostérone et ethnicité
Etude du métabolisme de la testostérone par GC/C/IRMS
Publications

Administration de testostérone et d'un précurseur de nandrolone, pharmacocinétique et effets sur la récupération.

Objectifs

Les effets de doses orales multiples de l'undécanoate de testostérone (TU) et de la 19-norandrostenedione (19-NAdione) sur la récupération suite à un entraînement d'endurance très intense ont été testés.

Introduction

Malgré les moyens de détection développés ces dernières années, les stéroïdes anabolisants androgéniques (SAA) restent les produits dopants les plus utilisés par les sportifs. Les raisons sont probablement diverses car les effets des SAA sur l'augmentation de la masse et de la force musculaire ne peuvent pas à eux seuls expliquer ce phénomène.

Depuis quelques temps, il a été reporté par certains athlètes et également dans la littérature que les SAA pouvaient être bénéfiques pour optimaliser les capacités de récupération de l'organisme humain. Quelques études ont été réalisées dans ce domaine en intégrant des efforts de force pure ou de résistance sans véritablement aboutir à des résultats concluants.

Méthodes

30 volontaires sains masculins ont pris part à cette étude et ont été séparés de manière aléatoire (en double aveugle) en 3 groupes: TU, 19-NAdione et placebo. Douze doses orales ont été administrées durant 1 mois à chaque volontaire. De nombreux échantillons biologiques ont été prélevés dans deux matrices distinctes (sang et urine) afin de détecter des marqueurs significatifs démontrant une meilleure récupération suite à un entraînement d'endurance personnalisé. Les effets psychiques sont probablement très importants lors de la consommation de SAA et ils ont été évalués par l'intermédiaire de questionnaires POMS.

Résultats

Afin d'évaluer les performances physiques des volontaires, la vitesse, la fréquence cardiaque et la concentration de lactate sanguin ont été déterminées lors des tests sur tapis et analysées statistiquement. De légères différences, entre les trois groupes de volontaires, ont été observées pour certaines valeurs sans toutefois indiquer un effet significatif des SAA sur une augmentation des performances d'endurance.

Plusieurs marqueurs d'endocrinologie (cortisol, testostérone totale, LH, rapports T/LH et T/cortisol) ont été mesurés dans le sérum. En dépit d'une chute drastique des valeurs de cortisol et de testostérone totale après l'arrêt de l'entraînement, les profiles hormonaux observés ne montrent aucune variation due à l'entraînement ou au traitement.

Divers marqueurs de l'activité musculaire (créatine kinase, ASAT et urée) ont également été mesurés. L'évolution temporelle de la CK et de l'ASAT prouve que les volontaires étaient soumis à une activité musculaire intense. Cependant, aucune différence inter-groupe n'a été démontrée concernant ces trois paramètres.

L'interleukine-6 (IL-6) a été choisie comme marqueur inflammatoire. La majorité des échantillons sanguins contenaient des quantités d'IL-6 inférieures à la limite de détection du test immunologique. En conséquence, ce paramètre ne semble pas utile pour une évaluation de la récupération sur le long terme.

La mesure des catécholamines urinaires (adrénaline, noradrénaline et dopamine) a été réalisée dans le but de déterminer le niveau de stress physiologique engendré par l'entraînement. Seule la noradrénaline a semblé sensible à l'effort physique notamment dans le groupe testostérone. Même si ce changement est significatif, aucune explication raisonnable n'a été trouvée.

Conclusion

Il n'a pas été prouvé que la prise exogène de TU ou de 19-NAdione permet une meilleure capacité de récupération pour les athlètes. Le nombre restreint de sujets, les doses administrées ou encore les effets minimes pouvant être observés sont autant de limitations à prendre en considération pour l'interprétation des résultats obtenus lors de cette étude.

Publications

  1. Baume N, Saudan C, Desmarchelier A, Strahm E, Sottas PE, Bagutti C, Cauderay M, Schumacher YO, Mangin P, Saugy M. Use of isotope ratio mass spectrometry to detect doping with oral testosterone undecanoate: inter-individual variability of 13C/12C ratio. Steroids. 2006 May;71(5):364-70
  2. Baume N, Schumacher YO, Sottas PE, Bagutti C, Cauderay M, Mangin P, Saugy M. Effect of multiple oral doses of androgenic anabolic steroids on endurance performance and serum indices of physical stress in healthy male subjects. Eur J Appl Physiol. 2006 Nov;98(4):329-40




















Test sur tapis roulant








Electrocardiogramme


















Liens

Publications LAD

 

Dernière modification le 13.05.2008

Retour haut de page